Archives de Catégorie: Races de poules A à B

le canard Streicher

Becs et Plumes, dossier spécial coup de coeur de coline50

le canard Streicher

Welsh Harlequin (Arlequin gallois), ou Abocat-ranger

 

Ce canard est issu d’une sélection de couleur dans la race Campbell kaki. Il existe plusieurs races fort semblables au Streicher , dont 2 en Grande Bretagne. Si ses origines sont au Pays de Galles c’est par des éleveurs allemands que ce canard a été sélectionné.  Streicher, en allemand, signifie « vagabond ». Il s’est répandu dans les années suivant la guerre de 1914-1918.

Utilisation :
Il est élevé pour sa chair qui est moins grasse que celle des autres variétés de canards.

Poids :
canard  2,260 à 2,400 kg
cane   2,260 à 2,490 kg

Couleur de plumage :  
Uniquement une couleur. Très facile à sexer car la cane et le canard sont totalement différents l’un de l’autre.

Caractère :
Calme mais un peu plus bruyant que les Duclair et les Rouen.

Élevage :
La cane pond entre 275 et 350 œufs par an.
Les œufs pèsent  60 grammes, sont de couleur blanche à légèrement verte.
Les canes sont de bonnes couveuses quand elles le décident
Ce sont aussi d’excellentes mères.
C’est un canard qui a la réputation de bien voler.

merci coline50 pour ce petit dossier spécial

 

Publicités

la poule Amrock

Becs et Plumes, dossier spécial races rares, par Peter

L’Amrock
(Barred Rock ou Plymouth barred Rock)
La race Amrock est une volaille robuste et fière. C’est une race à deux fins : la poule est une bonne pondeuse avec en moyenne 220 œufs par an et les jeunes ont une croissance rapide. L’Amrock a un caractère tranquille sans être apathique. Elle n’aime pas voler, les poussins sont autosexable.

Origine
Originaire des États-Unis, elle est issue de la dominicaine, de la cochin noire, de la java noire (qui n’a rien à voir avec la Java, ni la Javanaise en Europe), etc… Elle a été reconnue aux États-Unis en 1874 sous la dénomination de Barred Plymouth Rock. Perfectionnée en Allemagne, elle a été reconnue en France en 1958. La forme naine est de création allemande.

Standard officiel
Crête : simple
Oreillons : rouges
Couleur des yeux : rouge-brun
Grande race :
Masse idéale : Coq : 3 à 4,5 kg maximum; Poule : 2,5 à 3,5 kg max.
Couleur des Tarses : jaunes
Variétées de plumage : uniquement barré
Oeufs à couver : min. 60g, coquille brune à brunâtre
Diamètre des bagues : Coq : 22mm ; Poule : 20mm
Naine :
Masse idéale : Coq : 1 kg ; Poule : 900 grammes
Couleur des Tarses : jaunes
Variétées de plumage : uniquement barré
Oeufs à couver : min. 40g, coquille brune à brunâtre
Diamètre des bagues : Coq : 14mm ; Poule : 12mm
source :Wikipedia, les photos étaient trouvés sur un site de vente de volailles, donc public et libre de droit.

L’Andalouse bleue

Becs et Plumes, dossier spécial races rares, par Peter

L’Andalouse bleue

C’est une volaille de type fermier à deux fins (chair et ponte), élégante et vive.
Citation du standard espagnol : D’après Dürigen, c’est en 1851 que partirent de Gibraltar pour l’Angleterre les premières poules andalouses bleues.
Elles étaient petites, mais elles attirèrent l’attention des Anglais par leur ponte abondante et la taille extraordinaire de leurs œufs. Là bas, ils voulurent augmenter le volume de cette poule car ils appréciaient les oreillons blancs, mais voulaient un corps plus volumineux. Parmi les différents croisements qui furent pratiqués, le plus probable est celui indiqué par le standard anglais : la minorque. Le liseré très foncé apparut sans doute par hasard, ils le fixèrent par la suite.
L’Andalouse est une bonne pondeuse , mais n’aime pas trop couver. Malgré l’effort des éleveurs anglais, la race n’aime pas l’humidité.

Standard

Crête : simple
Oreillons : blancs
Couleur des yeux : rouge-orangé
Couleur de la peau : blanche
Couleur des tarses : bleue
Variétés de plumage : uniquement bleu
Grande race :
Masse idéale : Coq : 2,9 à 3,5 kg ; Poule : 2,2 à 2,8 kg
Œufs à couver : min. 58g, coquille blanche
Diamètre des bagues : Coq : 18 mm ; Poule : 16 mm
Naine :
Masse idéale : Coq : 800g ; Poule : 700g
Œufs à couver : min. 40g, coquille blanche
Diamètre des bagues : Coq et poule : 12 mm

source wikipedia

la poule Brabançonne

La poule Brabançonne
(Brabanter Bauernhuhn)

La Brabançonne vient de la province du Brabant et plus spécifique de la région entre Bruxelles, Wavre, Louvain et Malines. Des populations locales de volailles huppées on sélectionnait une pondeuse noire avec une petite huppe. En Flandres on appelait cette race ‘Topman’, en Wallonie on la connaissait comme ‘Houpette’. Seulement en 1899 Louis Vander Snickt sr. l’appelait ‘Brabançonne’ dans un article dans ‘Chasse et Pêche’. Il y en a qui disent que cette dénomination vient simplement de ‘Brabant’, d’autres disent que cela vient de la variété caille qui possède les trois couleurs de la Belgique, le cou noir, la poitrine jaune et les épaules rouges.
La vraie sélection de cette race n’a commencé qu’au fin du dix-neuvième siècle comme chez beaucoup d’autres races belges.

La Brabançonne est renommée pour ses capacités de production excellentes. La poule est une merveilleuse pondeuse qui pond des gros oeufs blancs d’environ 70 gr. Si elles sont bien soignées et reçoivent une bonne alimentation, les Brabançonnes d’aujourd’hui sont toujours capables de cela. On dit souvent que les jeunes poules commencent assez tard à pondre mais ce n’est pas correct. Les jeunes poules de certaines souches commencent déjà à pondre aussi tôt qu’à 4 ou 5 mois. Elles couvent très rarement. La Brabançonne s’adapte très bien à différents milieux et elle est très active. Elle est en train de chercher de la nourriture dans le sol pendant toute la journée. Comme presque toutes les pondeuses légères, elle est capable de voler donc elle demande une clôture assez haute.
La Brabançonne est une pondeuse avec un type très particulier. Le corps a la forme d’un tronc de cône. Cela veut dire que le corps a la forme d’un triangle dont la ligne de la queue et l’abdomen de ponte forment la base. Chez la poule qui pond, l’abdomen est très bien développé et profond. Le dos est incliné vers l’arrière et la poitrine est portée assez haute mais pas en avant. La queue est fermée et se termine plus ou moins en point. La crête est simple et droite chez le coq. Elle commence déjà au-dessus du bec et se termine par un lobe court. Chez la poule la crête se repose, repliée en forme S, contre la huppe. La huppe ne peut jamais être plus large que le crâne et jamais gêner la vue.

Chez le coq, la huppe est peu développée et ne consiste en quelques plumes lancettes qui suivent la ligne de la tête.
Les variétés les plus populaires pour le moment sont caille doré, caille bleu doré, caille argenté et noir. Autres variétés reconnues sont caille bleu argenté, blanc, bleu, fauve, herminé et fauve herminé.
L’élevage de la race est assez rare. Sa popularité va et vient régulièrement. Aussi élevé en Hollande et en Allemagne sous le nom ‘Poule brabançonne des fermes’. Les variétés unicolores sont très rares, les variétés herminées ont disparues.
La Brabançonne est encore très populaire en Allemagne, ou elle a des amateurs aussi en variation naine.

Source:APABB belgique et SV BBH.de

Peter pour Becs et Plumes

la Australorp

Becs et Plumes, dossier spécial coup de cœur par Peter

la Australorp

La Australorp a été développé comme une race utilitaire en Australie dans les années 1920 de la Orpington noire principalement pour la production d’œufs plutôt que pour sa viande.
Le nom provient du club qui a été fondé pour eux, The Austral Orpington Club.

Les poules sont d’excellents pondeuses d’oeufs teintés et détiennent le record du monde pour la production d’oeufs. Une poule de la race a pondue 364 œufs en 365 jours!
Les Australorps sont plus petits et plus propre que les Orpingtons et pourtant bonne volaille de viande.

Les plumes des oiseaux noirs ont un merveilleux éclat scarabée vert et ils ont un œil sombre important. Leur crête est simple et uniformément dentelé tandis que leurs lobes d’oreilles sont rouges comme le sont leurs barbillons de longueur moyenne. Leurs pattes noires sont solides sans plumes et ils ont 4 orteils.

Le Australorp est une race active avec une croissance rapide. Les poules commencent la ponte à environ cinq mois. Ils sont incroyablement productifs et ne sont pas des bonnes couveuses. Ils font de bons animaux de compagnie car ils sont des oiseaux calme et sympa, même si elles sont un peu lourd pour les enfants à ramasser. La version naine est plus adapté aux enfants comme animaux de compagnie. Ils vivront heureux dans des enclos mais aussi en terrain libre. Ce ne sont pas des oiseaux qui aiment voler, un grillage a hauteur moyenne fera l’affaire. Très robuste les Australorps se tiendront bien au températures froides.

La forme naine a été fixée en Allemagne à partir de la grande race avec l’orpington, la croad-langshan et la barnevelder naines.
Standard
Crête : simple
Oreillons : rouges
Couleur des yeux : noirs
Couleur de la peau : blanche
Couleur des tarses : noirs
Variétés de plumage : noire, blanche, bleu andalou

Grande race :
Masse idéale : Coq : 3 à 3.5 kg ; Poule : 2 à 2.5 kg
Œufs à couver : 50 à 60g, coquille brun clair
Diamètre des bagues : Coq : 22mm ; Poule : 20mm
Naine:
Masse idéale : Coq : 950g à 1kg ; Poule : 800g
Œufs à couver : min. 35g, coquille brun clair
Diamètre des bagues : Coq : 14mm ; Poule : 12mm

Peter pour Becs et Plumes

la poule Brahma

Becs et Plumes, dossier spécial par Peter

la poule Brahma

La Brahma est une volaille géante d’origine asiatique, créée aux Etats Unis à partir de Cochin auquel du sang de combattant Malais a été ajouté donnant cette « tête de rapace » caractéristique. Elle fut importée en Europe vers 1850.
Les deux races étaient des volailles populaires en Inde(la Brahma) et Chine (la Cochin).
Au Début les volailles géantes sont arrivées aux Etats Unis par bateaux. Leur port de exportation était Shanghai en Chine. C’est la raison pourquoi aux Etats Unis les deux races étaient connues sous le nom « Shanghai Bird » (Oiseau de Shanghai).

La Brahma est une des plus grosses races de nos poulaillers.
D’une taille massive, elle donne une impression de force caractérisée par sa grande taille et sa forme très large, profonde, emplumée jusqu’aux tarses. Le corps est charnu et volumineux, la poitrine large et l’abdomen bien développé et une petite tête avec sourcils saillants et petite crête à pois. Son tempérament est doux.

Devenue volaille d’ornement, la Brahma était jadis exploitée à diverses fins. Elle était élevée pour son abondance en plume qui permettait la fabrication des oreillers et autres couettes, mais aussi pour son abondante ponte hivernale (jusqu’à 150 œufs) durant la saison où les autres gallinacés de basse-cour ne pondaient pas. Économiquement parlant pour la ferme, cette volaille bien fournie en chair abondante avait aussi pour fin d’être condamnée pour les festins à une époque où les hybrides de « souches à viande » n’existaient pas. Au XIXè siècle, dans les années 50, un poulet à rôtir de la race Brahma devait peser autour de 3,7 kg pour les poulettes et 4,5 kg pour les coquelets.
Les poulets sont de croissance relativement lente. C’est une pondeuse d’hiver.

La Brahma est une volaille très rustique, elle s’adapte bien à tous les climats. C’est une grosse mangeuse peu habile à chercher seule sa nourriture.
Les oeufs sont petits par rapport à la taille de l’animal. Par contre elle couve assidûment (en fin de printemps) et ne se lève pas du nid. C’est une très bonne mère et ne casse pratiquement pas d’oeufs lors de la couvaison malgré son poids.

Elles sont faciles d’entretien à condition toutefois de leur éviter un sol boueux à cause de l’abondance des plumes aux pattes, tarses et pieds, qui amassent la boue, les boulettes ainsi constituées aux plumes pendantes des jarrets ou aux pieds se cassent et peuvent provoquer des lésions cutanées.

Généralités

Oeufs à couver : 55 grammes minimum; coquille de couleur jaune à brun rouge.
Diamètre des bagues : Coq : 27 mm ; poule : 24 mm
Masse : Coq : 3,5 à 5 kg et plus ;poule : 3 à 4,5 kg et plus.

Type et but de l’élevage

Donne une impression de force caractérisée par la grande taille et une forme très large, profonde, emplumée jusqu’aux tarses. Tempérament doux. On recherche la taille massive, un corps charnu et volumineux, poitrine large et abdomen bien développé, tête petite avec sourcils saillants et petite crête à pois. But de l’élevage : obtenir une poule docile, facile à élever, de grande taille, bien fournie en chair.

LE STANDARD

COQ :
Corps : Volumineux, large, profond.
Tête : Petite, large, fortement bombée, avec un front large et proéminent.
Crête : A pois, petite, rectiligne, bien plantée sur trois rangs sons épine, le moins développée possible.
Barbillons : Petits, bien ronds, fins de texture. La gorge doit paraître entre les barbillons semblable à un fanon.
Oreillons : Allongés, arrondis, fins, rouges.
Face : Rouge, lisse ou très peu emplumée.
Yeux : A iris rouge orange ; assez enfoncés dons l’orbite et avec sourcils saillants.
Bec : Court, fort, de couleur jaune ; la pointe est souvent foncée.
Cou : Légèrement incurvé à partir de la tête, le camail très fourni et bouffant.
Dos : Plutôt court,large jusqu’aux reins, forme à partir du milieu une courbe ascendante très régulière dont le point culminant est celui des faucilles.
Poitrine : Large, pleine et profonde ; bréchet presque vertical.
Abdomen : Large, très duveteux.
Ailes : Courtes et fortes, bien collées au corps, les pointes cachées par les lancettes.
Queue : Relativement courte, toutefois plus longue que chez la Cochinchinoise. Rectrices larges, les faucilles harmonieuses et bien développées.
Cuisses : Fortes, pas trop courtes, fortement emplumées. Le duvet et les petites plumes débordent aux articulations mais sans former de manchettes.
Tarses : D’un jaune intense, forts. Les tarses ainsi que les doigts extérieurs et médians sont fortement emplumés. Epiderme entre les doigts, dessous des doigts et semelle de couleur blanc rose ; ongles blancs.

Poule

Par sa poitrine plus profonde et son cou plus court,. elle paraît plus compacte que le coq. Les parties des cuisses et de la selle sont plus volumineuses. Le point culminant est situé aux rectrices supérieures de la queue et non sur la selle comme chez la Cochin ce sommet se situe ou niveau des yeux. Queue largement étagée et presque recouverte par les couvertures.

Défauts disqualificatifs :
Taille insuffisante ; poitrine étroite ; doigts médions lisses ou peu emplumés ; crête trop haute ou trop forte ; épine de crête.
oreillons blancs ; tarses clairs ou foncés.

La Brahma existe en plusieurs variétés et couleurs, ainsi que en naine.

 

merci à mayeli,laertes, daniel et peggy pour les photos
 
Peter pour Becs et Plumes

la poule d’Alsace (l’Alsacienne)

Becs et Plumes , dossier spécial coup de coeur de bipbip

L’alsacienne , ou la poule d’Alsace

La Poule d’Alsace fit son apparition aux alentours de 1880.
Un premier standard fût élaboré au commencement de la dernière décade du siècle passé par la « Société Alsacienne pour l’élevage de la volaille ». Elle présente de fortes ressemblances avec sa voisine allemande : la poule du Rhin (ou Rheinländer).

Cette race était à l’époque une poule Allemande elle est ensuite devenue une poule alsacienne (d’où son nom).

Présentation Générale:
Superbe race française qui perd peu à peu de sa popularité. Des éleveurs passionnés agissent pour conserver cette race. L’Alsacienne est aussi surnommée poule d’Alsace.

Caractéristiques physiques et comportement
C’est une poule de ferme assez ancienne qui possède une queue très dense avec de longues plumes. Son allure est fière malgrès sa taille moyenne est un abdomen bien développé.
Rustique,adptable,elle résiste au frois. L’alsacienne est active et tenace elle aime gratter le sol et fouiller. Cette poule prend facilement son envol et à une certaine hauteur il faut donc prévoir une clôture adapté.

Crête: frisée avec épine
Nombres de doigts:4
Qualités: bonne pondeuse-chair appréciable-bonne mère
Défauts: mauvaise couveuse
Oeufs: blancs (60 grammes environ) 150 oeufs par an environ
Variètés: noire-doré saumoné- bleu-andalou-blanche
Taille de bague coq: 18 mm
Taille de bague poule: 16 mm
Variété naine : existante

un grand merci à bipbip pour ce joli coup de coeur sur la poule d’Alsace.

Peter pour Becs et Plumes

la poule Altsteirer

Becs et Plumes, dossier spécial coup de coeur de Piplette

la poule Altsteirer

Elle est issue de volailles fermières de la région de Styrie en Autriche et fut fixée aux environs de 1870.

C’est une volaille de type fermier à deux fins (chair et ponte) qui possède une huppe légère, mi-lourd, à la poitrine large, de taille moyenne et vigoureuse.

Ils sont parmi les races du pays, qui ont déjà été mentionnés dans le Moyen Age comme chapons dans les livres de cuisine. La production d’œufs est d’environ 180 œufs par an, dans la pratique, ça fait un œuf tous les deux jours. Les œufs de couleur ivoire devrait avoir au moins 55 grammes pour la reproduction. La période de ponte est plus élevé que celui des poulets hybrides.

en principe l’Altsteirer vole bien en raison de ses ailes bien développées, un fait qui peut changer, dépendant de la lignée. Le plus lourde, moins la poule peut voler.
Les coqs Altsteirer hommes sont très décoratifs, mais aussi grand défenseur du troupeau (en fonction de la ligne de race).

Standard

Crête : simple
Oreillons : blancs
Couleur des yeux : rouge-orangé
Couleur de la peau : blanche
Couleurs de plumage : doré saumoné, blanc,et toutes les couleurs non officielles résultant de leur croisement

Grande race :
Masse idéale: Coq : 2,5 à 3 kg ; poule : 2 à 2,5 kg
Œufs à couver : min. 55g, coquille blanc ivoire
Diamètre des bagues : Coq : 18mm ; Poule : 16mm
Ponte Annuelle 180-200 Œufs

Naine :
Masse idéale: Coq : 900g ; poule : 800g
Œufs à couver : min. 35g, coquille blanc ivoire
Diamètre des bagues : Coq : 12mm ; Poule : 12mm

Peter pour Becs et Plumes

l’Araucana

Becs et Pumes, dossier spécial coup de coeur de Peter

L’Araucana

La race a été découverte au Chili (dans la province d’Arauc) vers 1880 chez les Indiens Araucans.

Elle descend de 2 races sud-américaines très rares: Collonca et Queteros. Les Collonca sont sans queue et pondent des œufs bleus. Les Queteros ont une queue et des bouquets d’oreilles et pondent habituellement des œufs brun-rouge.

Lorsque les Espagnols ont conquis le territoire, il y a eu hybridation entre les races légères méditerranéennes importées et les araucanas. Néanmoins, des régions n’ont pas été conquises: la race de l’Araucana y est restée pure.
Aujourd’hui encore, on peut trouver des Araucanas dans le bassin de l’Amazone et dans certaines régions des Andes.

C’est le Prof. S. Castillo qui a introduit la race en Europe vers 1920.
Les œufs d’Araucana ont la particularité d’être de couleur bleu-vert,la coquille est particulièrement résistant.
C’est une volaille légère, sans queue, avec un léger caractère de combattant. De chaque côté de la tête se trouvent des plumes remontantes, se détachant nettement de la tête.

Les toupets d’oreille sont gouvernés par un gène létal à l’état pur: les poussins homozygotes pour ce caractère meurent obligatoirement dans l’œuf, peu avant l’éclosion. Les poussins hétérozygotes pour ce gène présentent une mortalité d’environ 20%.
Puis qu’aucune Araucana vivant ne présentent 2 copies du gène, les poussins ont à :
50% une copie du gène et présentent des toupets
25% aucune copie du gène et ne présentent aucun toupet
25% la double copie du gène et meurent dans l’œuf
Ce gène est dominant.
Les 1er éleveurs ont voulu préserver les toupets d’oreilles. Puis un nouveau standard a été accepté aux USA: sans les toupets, ce qui augmente la productivité.
Poids du coq: de 2 à 2,5 kg
Poids de la poule: de 1,6 à 2 kg
Œufs: 50 g
Aptitude à la ponte: bonne
Aptitude à la couvaison: faible
Diamètre bague coq: 18
Diamètre bague poule: 16

Les araucanas n’ont pas de barbillons, ce qui permet de les différencier d’autres races (par ex. l’Ameraucana qui pond également des oeufs bleu-vert).

Peter pour Becs et Plumes

la poule Barbezieux

Becs et Plumes, dossier spéciale coup de coeur de Peter

La poule Barbezieux

Le Poulet de race Barbezieux a connu un bel essor au 19ème siècle.
La Barbezieux est sans conteste la plus grosse race de poule de type européen. Rustique, haute, puissante et adaptée au sol argilo-calcaire de son berceau d’origine: le sud de la Charente.

C’est une excellente race à deux fins, produisant de beaux poulets et des poules qui pondent honorablement de gros œufs blancs (env. 200 œufs/an).
Dans la monographie de races des poules de V. Perre de Roo (1882) décrit:

« C’est une race française on peut chaleureusement recommander pour se beauté et pour ses nombreuses qualités.
Elle a la crête simple, relativement assez développée, largement découpée, droite chez le coq, pliée chez la poule. Le plumage noir à reflets verts et violacés chez le coq, mat chez la poule, qui est la robe dominante. Elle ne diffère de la race de la Bresse que par sa taille qui est plus forte.
Disparue après la deuxième guerre mondiale presque pendant 50 ans, une poignée de passionnés décident de le faire revivre en créant en 1997 l’ASPOULBA, l’association pour la sauvegarde de la poule de Barbezieux.

actuellement, des sujets conformes au standard sont élevés dans sa région d’origine ; il faut noter aussi la création récente d’une filière de production de poulets de qualité avec label marqué « Poulet de race Barbezieux, race ancienne », grâce aux efforts de l’ASPOULBA ( (source : La Revue avicole, n°1683, janv.-fév. 2009).
Actuellement, afin de préserver cette magnifique race sans équivalent jusqu’au XIXe siècle et son patrimoine génétique, fruit d’une longue adaptation à son milieu, il faut systématiquement écarter de la reproduction les sujets présentant des signes de métissage ou reproduisant des poussins hétéroclites.
La période de l’entre-deux-guerres avait eu raison de la Barbezieux, car la mode était passée a la consommation d’œufs roux, participant à son déclin et profitant à d’autre races « de synthèse », notamment à vocation industrielle, venues des États-Unis, ainsi même que la Marans, proche géographiquement. (wikipedia)

Masse idéale : Coq : > 4,5 kg ; Poule : > 3,5 kg
Crête : simple
Oreillons : blancs
Couleur des yeux : rouge orangé
Couleur de la peau : blanche
Variétés de plumage : uniquement noir
Oeufs à couver : min. 75 g, coquille blanche
Diamètre des bagues : coq : 22 mm ; poule : 20 mm

Peter pour Becs et Plumes